Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

services publics

  • Merci la crise financière, l'ouverture du capital de la Poste n'est plus d'actualité !

    Nous en avions déjà parlé dans ce blog, nous ne sommes pas d'accord avec la privatisation de La Poste ou du moins l'ouverture de son capital dans un premier temps.

    Et pourquoi sommes-nous contre ? Tout simplement parce que le service public a un vrai sens et sur ce terrain la Poste est en pointe. Oui c'est important que le moindre village de notre pays puisse se faire livrer le courrier chaque jour.

    C'est cela le service public, il n'y a pas de raison qu'un habitant de Gueret dans la Creuse n'ait pas les mêmes services que celui qui habite à Vanves dans les Hauts-de-Seine.

    C'est la priorité d'un pays comme le notre.

    La Poste est aussi un beau sujet pour tous les démocrates. C'est un lien. Et c'est aussi le symbole que "Tout ne peut pas être livré au marché"

    Pourquoi ne pas lancer une pétion nationale pour obtenir que La Poste reste publique ? N'est-ce pas le rôle des démocrates ?

    Car il faut faire attention : Henri Guaino, Conseiller de Nicolas Sarkozy veille toujours ! Pour lui ce dossier n'est pas encore clos.

    Il faut se rassembler tous pour ce dossier, les français attendent nos réactions et nos initiatives !

  • Contre la privatisation de la Poste

    C'est un sujet qui va faire jaser au sein de notre mouvement et au sein des démocrates parce que cette position est celle aussi de Besancenot, mais effectivement la privatisation de la Poste pose beaucoup de problèmes.

    L'Etat est actionnaire de Renault et pourtant l'Etat n'a pas vocation à commercialiser des voitures. La concurrence au niveau du téléphone n'est pas un souci, puisque dans tous les cas la conversation téléphonique est de même qualité chez tous les opérateurs. L'énergie c'est pareil.

    La Poste c'est tout à fait autre chose. C'est l'une des bases des territoires de notre pays.

    Il n'y a aucune raison de payer un prix différent pour le timbre sous pretexte que la distance est plus importante de la ville à la campagne, que de villes à villes. La Poste est souvent en plus la dernière présence de l'Etat dans certaines de nos régions.

    C'est vrai que c'est déjà très tard pour réagir parce que bon nombre de bureaux de poste ont déjà fermé, mais il n'est jamais trop tard pour réagir.

    La Poste fait partie de notre patrimoine, et ce n'est pas l'accessibilité au progrès d'isoler de plus en plus les villages et les lieux-dits.

    L'heure venue, il faudra être vigilant pour que les intérêts de tous les français soient sauvegardés.

    NON à la privatisation de la Poste !

  • François Bayrou propose de supprimer l’ENA

    medium_convaincre.jpgComme l’a constaté François Bayrou, il y a "une rupture profonde entre le pouvoir et les citoyens".

    Lors de son déplacement à la Martinique, il a annoncé avoir décidé en conséquence "de proposer une réforme profonde de l'Etat, qui commencera par la suppression de l'Ecole nationale d'administration et son remplacement par une école de très haut niveau, une école des services publics".

    Cette école devra "accueillir des gens d'expérience différente, ayant fait leurs preuves à tout âge et pas seulement des jeunes diplômés" a précisé le candidat à l’élection présidentielle.

    Il a expliqué que cette école doit ouvrir "au service public et au service public exclusivement, et pas que ce soit en réalité une école qui dirige vers le service privé après quelques années de passage dans le service public".

    Il ajoute : "la réalité de la vie des citoyens est constamment niée" telle que les problèmes de logement, de pouvoir d'achat, de chômage : "Cette réalité doit être prise en compte, désormais, il faut qu'une page se tourne".

    François Bayrou est convaincu que "cette attente est partagée par des femmes et des hommes qui sont de droite, de centre et de gauche, et qui en ont marre d'être ainsi pris en otage par un Etat qui s'est dévoyé et qui ne les écoute pas."

    "Il faut aller au coeur de ce qui fait que l'Etat français ne marche pas, au coeur de cette connivence perpétuelle entre les différents partis qui sont installés au pouvoir, les puissances financières, économiques, qui sont leurs amis de classe et leurs amis de caste".