Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

veil

  • Simone Veil, une légende à respecter, une vengeance personnelle à pardonner

    medium_simone_veil.jpg
    Rappel des faits :

    -          Le 8 mars 2007, Simone Veil (voir sa biographie ici), est appelée par Monsieur Sarkozy à la présidence de son comité de soutien. Tous les responsables de la campagne UMP y voient le moyen, le « SCUD » suivant leurs métaphores guerrières pour contrer la progression constante de François Bayrou dans l’opinion. Il n’est pas encore très clair si Madame Veil a accepté ou non cette présidence du comité de soutien mais elle a déclaré soutenir et admiré Nicolas Sarkozy. (voir référence ici)

    -          Le soir même, lors de l’émission « à vous de juger » sur France 2, le candidat UMP annonce son intention de créer un « Ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale. (voir référence ici)

    -          Le 16 mars 2007, Madame Veil critique le positionnement de la campagne de Nicolas Sarkozy qu’elle a « du mal à joindre » ("Je n'ai pas du tout aimé cette formule très ambiguë"). (voir référence ici)

    -          Le 17 mars 2007, Madame Veil croit utile de livrer sa vindicte personnelle contre François Bayrou en annonçant « C’est le pire entre tous ». (voir référence ici )Donc pire que celui qui considère les camps de concentration comme « un détail de l’histoire », pire que ceux qui veulent justement aujourd’hui dans leur programme revenir sur les Lois Veil concernant l’IVG…

    Interrogé sur le salon de l'étudiant, sur ce positionnement récent de celle qui fût la première Présidente du parlement européen, François Bayrou a simplement déploré les critiques de Simone Veil à son égard. "Elle est dans la haine sans aucune raison, parce que je n’ai pas eu de conversation avec Simone Veil depuis 12 ans", a-t-il dit.

    Il a regretté "de la voir ainsi plonger dans une démarche partisane, envoyée en mission pour ’flinguer’ comme ils disent, ça ne correspond pas à l’image que je me fais de cette femme".

    Peu auparavant, interrogé sur France Inter, il avait déjà exprimé la "tristesse" que lui inspiraient les déclarations de Mme Veil à son sujet. (voir référence ici)

    "Franchement, j’avais une autre idée de Simone Veil, et beaucoup de Français avec moi. Il y a des phrases qui ne sont pas cruelles pour moi mais elles sont cruelles pour elle", a-t-il lancé. "Il y a des millions de Français qui ne reconnaissent pas leur Simone Veil dans tout cela."

    Une constatation cependant est bien à mettre au crédit de Simone Veil : En effet Madame comme vous l’avez évoqué « Regardez les gens qui sont avec lui, ce ne sont pas du tout des gens qui étaient à l'UDF autrefois» . C’est clair ! et au-delà de l’UDF, tous ceux qui soutiennent son projet ne ressemblent en rien à ce qui existait il y a dix ans !